jeudi 18 janvier 2018

Journal de bord des enfants 2017

Nous sommes partis le 30 septembre 2017 de La Rochelle et le 3 octobre de l’Ile de Ré. Nous avons croisé le départ de la Mini. Mais le brouillard était si épais qu’on ne voyait pas plus loin que deux mètres. Maloya est arrivé à la Corona en Espagne dans un petit port. On a commencé nos activités : grimper en haut du mât, courir sur la coque, faire du surf tracté. Inaya a installé la cordelette qui sert à mettre le drapeau espagnol dans le mat. Puis on a visité la ville. Les espagnols déjeunent tard, à 3 heures.
On a traversé le golfe de Gascogne. On a fait du 2 à 3 nœuds. Résultat on a mis 5 jours et 6 nuits au lieu de 3 jours et deux nuits.


On  est arrivé à la Corona en Espagne dans un petit port. On a commencé nos activités : grimper en haut du mât, courir sur la coque, faire du surf tracté. Inaya a installé la cordelette qui sert à mettre le drapeau.
Puis on a visité la ville.
Les espagnols déjeunent tard, à 3 heures. Nous avons visité le phare d’Hercule (le plus vieux du monde). Tout d’abord, il y avait au temps des romains une simple montagne de pierres avec de quoi faire un grand feu tout en haut (c’est quand même un phare). Puis ils ont construit une tour avec des parpaings de la même couleur que le monticule puis récemment ils ont remis des murs par-dessus les anciens.
 

On est parti et nous sommes arrivés à une île (réserve naturelle d’oiseaux). Elle s’appelle Cies. Sur les plages, il n y a pas un centimètre carré sans qu’il y ait des mouettes, des goélands argentés, des goélands marins….Les oiseaux ne sont pas timides. Quand on est allé sur la plage pour se baigner et prendre le gouter, Thaïs s’est fait attaquer par un goéland argenté qui lui a volé sa madeleine. Ce n’est pas très juste car on n’a pas le droit de les nourrir mais on n’a pas le droit non plus de les chasser quand ils viennent nous voler la nourriture. Thaïs a eu très peur et on est rentré. Le lendemain, nous avons décidé de faire une petite randonnée. Nous avons pique-niqué au milieu de la rando et gouté tout en haut de la montagne. On avait une vue magnifique sur la mer.

On est redescendu et on a quitté le soir cette île pour Bayona, tout près de Vigo. C’était trop bien ! Pour commencer, il y avait trois enfants anglais exactement de l’âge d’Inaya, Thaïs, Témoé. Celle de l’âge d’Inaya s’appelle Graice, celle de l’âge de Thaïs s’appelle Connie et celle de l‘âge de Témoé s’appelle Nancy. On se baigne de la jupe du bateau et on se promène en kayak gonflable dans la baie. Quand il y a eu les incendies, on était là. C’était impressionnant. Tout d’abord il y a eu un incendie dans la forêt autour de la statue de la Vierge Marie. On peut monter dedans, un peu comme la statue de la Liberté. Sauf que pour la Vierge, on monte dans le bateau qu’elle tient dans ses mains. Puis c’est les collines d’en face qui ont pris feu. Et quand on est parti à la plage avec les anglais, on a vu le plus grand des incendies qui s’étalait sur plusieurs kilomètres. On a vu des flammes qui s’élevaient à 30 mètres de haut. La nuit est tombée et nous sommes rentrés. Les incendies commençaient à s’attaquer à la ville. Il n’y a que les immeubles qui étaient en face du mouillage qui n’étaient pas dans les flammes. Le port était baigné dans la fumée et nous au mouillage, on était bien content de ne pas être dans la fumée même si il y avait une vague odeur de brulé. Sur la colline du deuxième incendie, il y avait comme une descente aux flambeaux gigantesque. Nous nous sommes endormis avec difficulté. Quand nous nous sommes réveillés, il y avait une brume mais on distinguait nettement de la fumée qui venait du gros incendie.


On est parti de Bayona pour aller à Porto et c’est là que notre bôme a lâché. On a eu très peur mais heureusement personne n’a été blessé. Ça s’est passé de nuit et quand Inaya, Thaïs et Témoé se sont réveillées, elles ont été très surprises mais contentes qu’on s’arrête à Porto et non à Lisbonne (qui est encore plus au sud). On ne va pas au port de Porto mais à un mouillage juste à côté. On est au Portugal. Papa et Maman ne parlent pas le portugais. Inaya, Thaïs et Témoé sont très déçues car le port est très sale, il y a tout plein de cargo et en plus, ça pue. Il y a juste un autre bateau avec un couple de retraités qui est parti une heure après notre arrivée. Nous décidons d’aller à terre. Le port parait mieux que le mouillage. Mais nous devons d’abord trouver quelqu’un pour réparer notre bôme. Par chance, la dame du shipchandler est française, très gentille et s’appelle Aude. Elle nous montre la ville. La ville est très différente qu’à La Rochelle.
Les maisons sont peintes de toutes les couleurs : rouge, bleu, jaune, vert…. Et même des maisons rose bonbon et rose Barbie, ce qui a beaucoup plu à Témoé.
Nous sommes allés sur la plage. Il y avait de très grosses vagues et nous n’avions pas nos maillots de bain. Papa et Témoé ont été tremper les pieds pendant que Maman, Inaya et Thaïs faisait des roues (Inaya), des piquets (Thaïs). Puis nous sommes allés à un petit café sur la plage. Les chocolats chauds sont très épais ici. On dirait qu’il n’y a que des plaquettes de chocolat fondu avec un tout petit peu de lait et des épices. Nous avons ressoudé la bôme et nous sommes repartis quelques jours plus tard pour aller à Cascais juste à côté de Lisbonne, la capitale du Portugal.
Là-bas nous avons fêté Halloween déguisées en diablesses. On a revu les anglais. Puis on a loué une voiture pour aller à La Rochelle pour racheter une bôme car celle ressoudée n’est pas solide et risque de recasser. Nous en profitons pour aller en famille revoir les copains.
Sur le trajet, nous avons pu faire un bonhomme de neige en traversant les Pyrénées. Il y avait au moins 20 centimètres d’épaisseur de neige.
De retour à Cascais, on fait la traversée pour Porto Santo. Une traversée de 5 jours, très ennuyeuse. Là-bas, c’est chouette, l’eau est claire et il fait à peu près chaud. On fait du PMT (palme, masque, tuba) et de la plongée sous-marine en bouteille, du surf tracté.
On fête Noël. Thaïs reçoit une Barbie sirène avec un kit de magicien. Témoé, un petit poney, une Barbie à coiffer, un sac imperméable, des robes. Et inaya, 2 débardeurs, un kit de pâte à rêve, des feutres de calligraphie, une boite de lego Friends avec un van : le van du vétérinaire.
On a quitté Porto Santo pour Madère où on est resté qu’une journée pour visiter le jardin botanique et prendre le téléphérique. Et enfin nous sommes arrivés aux Canaries pour y retrouver nos cousines, Hannah 13 ans et Elise 11 ans. Elles ont été accueillies à minuit par le salut des paquebots de croisière et le feu d’artifice du nouvel an.

Bonne Année 2018 !


1 commentaire:

  1. Hello, je rattrape le retard...en lisant votre journal de bord et en vérifiant avec une carte vos lieux de passage. Nous sommes le 11 Fevrier, le début d'année est bien entamée. Pfout tout passe bien vite, quelques voyages professionnels ou visites d'amis, la neige - oui cette année il y en a!Alors on en profite - Noel est passé par là avec la famille et la pause de fin d'année. Je pense bien essayer de faire quelques photos de plus entre la poire au chocolat et le fromage fondu sur une patate! Des bises Brice

    RépondreSupprimer